Bilan : Argentine, la bonne surprise

L’Argentine est un pays qui a énormément souffert (dictature, rigueur économique, krach boursier des années 2000…) et qui souffre encore énormément de la volatilité de sa monnaie. Ici, l’inflation n’est pas un concept annuel du journal de 20h. Chaque mois, certains prix (énergie, transports …) bondissent de 10% à 25%. Les Argentins ne font plus confiance au système bancaire et préfèrent garder leur argent plutôt que de le placer. Cela amène à vivre de longues files d’attente aux retraits automatiques (surtout dans les petites villes et les villages). Certains appareils sont vides… Ce pays n’a malheureusement pas encore la tête hors de l’eau.

Voilà un pays dont on ne savait qu’attendre, et qui nous a bien surpris ! Depuis quelques mois, nous avons pris goût à voyager très lentement, voire même à préférer un verre en terrasse à une visite touristique (le comble !). Du coup, on est un peu revenus sur notre objectif de visiter toute l’Argentine du sud au nord en un mois (oh, douce utopie !). Cet immense pays mérite autant que les autres d’être savouré. A une prochaine, donc, la Patagonie, nous nous sommes concentrés sur Buenos Aires et le nord-ouest du pays.
Comme nous avons bien fait ! Buenos Aires a été une ville pleine de surprises et de découvertes dans laquelle nous avons pris beaucoup de plaisir à flâner et à nous amuser à retrouver notre style de vie « à l’européenne » le temps de quelques jours. Mais c’est surtout les régions de Jujuy et de Salta, aux portes du Chili et de la Bolivie, qui nous ont émerveillées de leurs joyaux urbains et naturels totalement inattendus ! C’est sans parler de la gastronomie argentine : délicieuses empañadas, savoureuses glaces artisanales, excellents vins et viande à tomber par terre … nous sommes aux anges !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Système D

Le bus est hors de prix dans ce pays. Tels de vrais petits Picsou nous voilà partis pour 32h de train (oui oui, record absolu de temps de trajet durant notre tour du monde) pour traverser les 1200km séparant Buenos Aires de la ville (sans grand intérêt) de Tucumán. On ne peut pas dire que le réseau ferroviaire du pays soit dernier cri, mais comme ça correspond totalement à notre manière de voyager, on ne se plaint pas. Depuis Tucumán, on se lance dans le premier auto-stop « longue distance » de notre voyage afin de rejoindre Cafayate, à 230km de là. 

Opération réussie, nous arrivons le lendemain à Cafayate, dans le nord de l’Argentine. Et là, c’est le coup de coeur ! Bonnes adresses, haciendas, douceur de vivre, paysages uniques de terres ocres, blanches, jaunes… Nous sommes définitivement sous le charme, et l’envoûtement ne nous a pas quitté jusqu’à la frontière bolivienne.

Le voyage c’est d’abord les rencontres

Lors de notre mission auto-stop, nous sommes sur le bord de la route depuis quelques dizaines de minutes lorsque la magie du voyage opère. Une (très vieille) voiture s’arrête, et un gars à la bouille plutôt sympa nous sourit. Il propose de nous déposer à l’embranchement suivant. On ne parle que très peu espagnol, mais on comprend qu’il s’appelle Jorge, qu’il est électricien et qu’il va faire la tournée de ses clients pour leur filer des plans ou voir l’avancement des chantiers. On se rend aussi compte qu’il aime parler (ça va nous faire progresser en espagnol ça !) et qu’il a le coeur sur la main. Preuve en est lorsqu’il s’arrête un peu plus loin pour prendre un café et qu’il insiste pour nous offrir nos boissons. On a bien essayé de payer mais il a enguirlandé la serveuse en lui interdisant de prendre la monnaie que Violaine lui tendait. On n’en demandait pas tant ! Après avoir bien papoté, il décide de nous emmener encore plus loin que prévu, où il a de toute manière un client qui l’attend. Après pas mal d’heures de voiture sur une route de col quasiment déserte, nous arrivons dans le petit village de Tafí del Valle, il insiste encore une fois pour nous inviter à déjeuner d’excellentes empañadas dans un restaurant local que nous n’aurions sans doute jamais trouvé par nous-mêmes. On ne le reverra sans doute jamais mais ce genre de rencontres, si généreuses, si dénuées de tout intérêt matériel, nous rappelle vraiment pourquoi on voyage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nos meilleurs spots

Il y a, dans certaines villes, des hôtels ou restaurants qui nous ont particulièrement marqués. On vous les partage afin que vous en profitiez vous aussi :

  • A Cafayate : l’hôtel « El Zaguan », petite hacienda familiale toute blanche, super mignonne, avec un joli patio dans lequel pousse un beau citronnier gorgé de fruits et un magnifique bougainvillier.
  • A Cafayate : le restaurant/bar à vin « Wine Brothers », pour un petit plaisir alliant excellents tapas et bonne bouteille de vin local, le tout dans une magnifique hacienda.
  • A Salta : le restaurant « Viracocha » qui propose un menu du midi délicieux, dont le tarif défie toute concurrence. Pour ne rien gâcher, le service est impeccable, la musique d’ambiance agréable, le tout dans une petite cour ombragée.
  • A Salta : le restaurant « Viejo Jack ». La vraie parilla à l’Argentine. De la viande, de la viande et encore de la viande, excellente, fondante, dans un restaurant local fréquenté par les locaux.
  • A Tilcara : le restaurant « Khuska », notre coup de coeur argentin. Incontestable, on en a fait notre cantine et on y a ramené toute l’auberge dans laquelle on séjournait. La patronne est un amour, la musique y est excellente, la décoration de très bon goût. Et tout, absolument tout y est délicieux, de l’entrée au dessert en passant par le vin. Foncez sur les « picadillos », genre de tapas à l’Argentine, craquez pour le « llama a la cerveza negra », lama en sauce, préparé un peu comme une carbonnade flamande, et fondez pour le gâteau chocolat/dulce de leche, qui a conclu chacun de nos repas. Tellement bon que je suis reparti avec la recette sous le bras !

Nos coups de coeur

L’Argentine nous a donc très agréablement surpris. Sa jeunesse est dynamique et propose des « Free Walks » (visites guidées gratuites fonctionnant sur le principe du pourboire) dans toutes ses grandes villes. Nous en avons profité à Buenos Aires et à Salta, ce qui nous a permis d’apprendre énormément sur l’histoire et la culture de ces deux villes. Passionnant !
Nous sommes également tombés sous le charme de la nature surprenante et sauvage du nord argentin, que ce soit lors de notre virée en vélo dans la Quebrada de las Conchas, du côté de Cafayate, ou lors de la découverte du Cerro Hornocal (montagne aux 14 couleurs, si si, on a compté – ou pas !) ou des canyons de la Quebrada de las Señoritas, dignes des paysages du Colorado, où on s’imaginait croiser cowboys et indiens.
Vous commencez à bien nous cerner, ce qu’on aime par dessus tout, ce sont les rencontres. Nous n’avons pas été déçus. Le peuple argentin est particulièrement sympathique, vivant, souriant. On a pris plaisir à échanger avec eux, à boire et à manger avec eux, à découvrir leur culture si particulière et leur histoire tourmentée.
Enfin, pour ne rien gâcher, l’Argentine est un pays dans lequel on mange (et on boit) très très très bien. Avis aux viandards, vous en aurez pour votre bonheur. Que les autres restent calmes, il existe aussi une excellente cuisine végétarienne à base de quinoa, de fromage, d’empañadas et… de glaces, bien sûr !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le séjour en chiffres

Retour en quelques chiffres clés de notre séjour en Argentine.

  • 23 jours sur place
  • 8 villes/villages visités
  • 2490 km parcourus
  • 5 types de transports : métro, train, bus, voiture, vélo
  • 12 nuits en auberge de jeunesse, 9 en hôtel, 1 en train de nuit, 1 en bus de nuit
  • 34.600 ARS (pesos argentins) de budget sur le séjour (hors extra), soit 30€ par jour et par personne (1€ = 25 pesos).
  • 25°C de moyenne. Pas une goutte de pluie. Et dire que c’est l’automne… On signe direct !

Nous n’avons découvert qu’une infime partie d’Argentine, géant d’Amérique du Sud, première étape de notre périple latino-américain. Mais cette région nord-ouest nous donne l’envie de revenir nous poser quelques semaines dans une petite ville afin de profiter plus encore de sa douceur de vivre, à l’ombre d’un citronnier, de savourer sa gastronomie, et de nous enrichir de sa culture et du sourire de ses habitants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s