Bilan : Polynésie Française, un aperçu du paradis

On ne va pas faire traîner ce bilan en longueur, la Polynésie, c’est vraiment le paradis ! Merci chers lecteurs et à bientôt.

Vous en voulez un peu plus ? Bon, ok.

Débarqués sur le tarmac de l’aéroport de Tahiti, on est accueillis par un joueur de ukulélé et une danseuse polynésienne, ça met tout de suite dans l’ambiance. Première impression : « Tiens, ça nous rappelle la maison ». Passage par la gendarmerie nationale, des indications en Français, des Twingo dans les rues, pas de doute, on est dans une C.O.M. (Collectivité d’Outre Mer, ex T.O.M.). Mais ne nous y trompons pas, ce n’est tout de même pas la France. Tout semble plus tranquille, plus paisible ici. Plus facile aussi.

Nous avons opté pour un séjour sur quatre îles, à raison de 3 jours par île. C’est court, mais ça nous a donné un bon aperçu de la vie insulaire et des différences d’une île à l’autre. De Tahiti « la capitale » à Huahine « la sauvage », en passant par Moorea « la petite soeur » et Raiatea « l’administrative », toutes sont proches (quelques dizaines de minutes d’avion de l’une à l’autre) et pourtant si différentes. Une constante pourtant, la douceur de vivre, et la gentillesse des Polynésiens (même sur l’île de Tahiti, qui recense pourtant 67% des habitants de Polynésie Française – pour 118 îles au total, dont 76 habitées). Ici tout le monde se tutoie, les femmes se promènent avec de jolies fleurs ou couronnes de fleurs dans les cheveux, l’autostop est presque une institution (« on se serre les coudes » nous expliqua une conductrice) et le sourire est de rigueur sur (presque) tous les visages.

Evidemment, ce qui saisit plus encore est le paysage « carte postale » que nous réserve chacune de ces îles. Des montagnes, des forêts luxuriantes, des plages de sable fin (blanc ou noir volcanique selon les îles), des cocotiers, des eaux transparentes et des poissons tropicaux, toutes les cases sont cochées pour un séjour idéal. Les publicités ne trompent pas, ici c’est le paradis !

Certes, le budget en prend un coup sur ce genre de destination. Mais en faisant un maximum d’autostop et en se faisant à manger, on s’en sort pas trop mal. Autre option pour les repas, la « roulotte », sorte de camion-cuisine ou de petite paillote qui propose des repas très simples (et pas light du tout !) comme poulet frites, poisson cru-riz, etc. L’avantage, c’est que les Tahitiens mangent comme deux, du coup un plat pour deux suffit lar-ge-ment !!!
Nous avons également eu la chance d’avoir des hébergements gratuits durant la moitié de notre séjour. Pour les moins chanceux, le camping est une bonne solution de repli.

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nos meilleurs spots

Il y a, sur certaines îles, des hôtels ou activités qui nous ont particulièrement marqués. On vous les partage afin que vous en profitiez vous aussi :

  • Sur Moorea : L’hôtel « Moorea Beach Lodge », qui fait très « pension familiale de luxe » avec des petits bungalows qui donnent sur jardin ou sur une plage privée. C’est vraiment un petit havre de paix. Pleine vue sur le coucher de soleil, et les raies et autres petits requins viennent nous dire bonsoir en fin de journée. La cuisine est libre d’accès pour se cuisiner des petits plats le midi et le soir. Must du must, ils mettent à disposition vélos et kayaks pour explorer l’île et les jardins de coraux.
  • Sur Moorea : La roulotte « A l’heure du sud », accueil très sympa, sandwichs super bons et pas trop chers.
  • Sur Moorea : Le glacier « Les sorbets de Moorea », qui propose un joli panel de glaces artisanales dont certaines à base de fruits locaux. Un délice.
  • Sur Moorea : Le club de plongée « Fun Dive » avec lesquels nous avons plongé à la rencontre des tortues et des requins citron. Une expérience incroyable face à ces « petits » monstres de 3 mètres de long !
  • Sur Raïatea : La maison d’hôtes de Philippe et Anna. Bon, on anticipe un peu parce que pour le moment la maison d’hôtes n’est pas encore construite. Mais étant donné la qualité de leur accueil, on ne doute pas que leur future maison d’hôtes sera un incontournable sur cette île.

Nos coups de coeur

Des plages de sables noir de Tahiti aux jardins de coraux de Taha’a, difficile de faire une liste exhaustive de ce que nous avons aimé sur ces îles. Nous sommes d’abord tombés sous le charme de l’accueil et de la gentillesse de ses habitants. Partout, le sourire, les fleurs et le tutoiement sont de mise. Bien évidemment, la palme d’or de l’accueil revient à Philippe et Anna, on ne le dira jamais assez !

Côté plage, toutes les îles ont un charme très particulier: les plages noires de Tahiti et les criques sauvages d’Huahine, sans oublier bien sûr l’incontournable sable blanc de Moorea. Nous avons également adoré passer notre temps la tête sous l’eau, à observer l’incroyable vie sous-marine tropicale, avec ses poissons et coraux de mille couleurs, ses tortues, ses raies et ses requins.

Côté terre, nous avons manqué de temps pour explorer les confins de chaque île. Nous avons cependant pris beaucoup de plaisir à faire le tour de l’île de Tahiti, loin de la fourmilière qu’est Papeete, à la rencontre de la « vraie vie ». Nous avons surtout profité de la gentillesse de Philippe pour découvrir une randonnée presque « secrète », à l’assaut de 3 cascades au coeur de Raiatea. Effet « Tahiti douche » garanti !

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le séjour en chiffres

Retour en quelques chiffres clés de notre séjour en Polynésie Française

  • 13 jours sur place
  • 4 îles visitées
  • 438 km parcourus en avion, et quelques dizaines de plus en transports terrestres. C’est vraiment tout mini !
  • 6 types de transports : avion, voiture, taxi, jet ski, vélo, kayak
  • 6 nuits en bungalow, 3 chez l’habitant, 2 en couchsurfing et 2 en airbnb
  • 157570 XPF (francs Pacifique) de budget sur le séjour (hors extra), soit 50,8€ (!!!) par jour et par personne (1€ = 119 XPF). On vous l’avait dit, ça pique grave !
  • 30°C de moyenne. Le paradis (comment ça on se répète ?!).

La Polynésie Française laisse ce petit goût de « mmmhhh, on s’y verrait bien pour de bon ». Tout ici laisse rêveur. Certes, il y a bien sûr des inconvénients à la vie sur les îles (les prix des denrées alimentaires importées, la petitesse des îles, l’éloignement de la France métropolitaine, etc.), mais avec un peu de système débrouille, la vie y est belle et douce. A en croire Philippe et Anna, il y a deux types d’expatriés là bas. Ceux qui rentrent au bout de 3 ou 4 ans, et ceux qui y restent à vie. On parierait fort appartenir à la deuxième catégorie. L’avenir nous le dira peut-être !

 

3 réflexions sur “Bilan : Polynésie Française, un aperçu du paradis

  1. Odiletri04 dit :

    Ça fait envie,c’est vrai ! Et si vous vous installez là-bas, il vaut mieux que je commence à économiser !!! Bisous

    on se sert des coudes ou on se serre les coudes ?

    Il y a, sur certaines îles, des hôtels ou activités qui nous ont particulièrement marquéS (cod ?nous, donc « s »)

    >

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s