Bilan : Laos, ou quand il faut prendre le temps

Le Laos est LE pays qui nécessite beaucoup, beaucoup, beaaauuuuuucoup de patience et un zeste de self-contrôle. Mais c’est aussi et surtout le pays du « slow travel » (voyage lent) par excellence. Ici tout est lent. J’ai presque l’impression de me revoir, petit, quand j’étais le dernier à finir d’écrire la dictée à l’école !

Le Laos et ses habitants nous ont surpris à de multiples reprises. La météo tout d’abord, peu clémente, nous a fait mentir sur notre « tour du monde sans quitter l’été ». L’incessante pluie dans le nord du pays ne nous a pas permis d’y randonner. Et le vent froid nous a pétrifiés lors de notre virée en scooter autour de Thakhek.
Son passé ensuite : un peu trop oublié des livres d’Histoire, le Laos a énormément souffert de la guerre du Vietnam et en garde de profondes séquelles. Le pays fut déclaré neutre par les belligérants. Cependant, ses routes ayant été empruntées par les Viet-Kongs pour approvisionner le front, les Américains ont salement bombardé ses campagnes. De cette guerre secrète, le Laos n’a retiré que le triste titre de « pays le plus bombardé du Monde », et de nombreuses personnes sont encore mutilées tous les ans par les bombes américaines qui n’ont pas explosé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais surtout, c’est la douceur de vivre teintée de nonchalance de ses habitants qui nous a le plus marqués. Nous avons appris, après coup, que le travail n’est pas une valeur reconnue dans la culture laotienne, ce qui leur vaut une réputation de feignants auprès de leurs voisins. Au quotidien, ça donne quelques situations cocasses :

  • Il est commun qu’un chauffeur de tuktuk en train de faire la sieste dans son véhicule nous renvoie nonchalamment vers l’un de ses collègues. Si on tombe mal, genre au milieu de l’après-midi, on peut se faire rembarrer 3 ou 4 fois avant de trouver un chauffeur un peu moins assoupi que ses collègues.
  • Il nous est arrivé plusieurs fois de rentrer dans une échoppe et de déranger le marchand en pleine sieste. Celui-ci nous salue de loin dans son hamac et ne se lève que si vraiment on a besoin d’un article qu’on ne peut pas atteindre.
  • Parfois, la négociation est impossible. Il m’est arrivé de trouver une chemise à 18€ (!!!) non négociable dans une échoppe, bien que les clients ne s’y bousculent pas, et d’acheter finalement exactement la même 6€ sur le marché. Quand on n’a pas envie de vendre …
  • Certains loueurs de vélos, 3 fois plus chers que la concurrence, sembler bien se ficher de louer leurs montures. Ils ne baisseront pas leur prix d’un kip !
  • Le fast-food est une notion inexistante dans les restaurants laotiens. Il nous est arrivé d’entrer à 14h dans un restaurant, affamés et seuls clients. Une fois les deux plats commandés, il nous a fallu attendre 40min pour voir le premier d’entre eux sur la table, et 1h30 (!) pour que le second soit servi. De quoi devenir fous ! Il parait même que lors du réveillon du Nouvel An, le personnel du restaurant en question était tellement débordé que les clients étaient invités à se servir eux-mêmes leurs cocktails et autres boissons.

Évidemment tous ne sont pas ainsi et nous avons également croisé nombre de Laotiens se démenant pour leur commerce, mais ç a été tout de même drôlement marrant à vivre, et un peu déstabilisant je l’avoue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nos meilleurs spots

Il y a, dans certaines villes, des hôtels ou restaurants qui nous ont particulièrement marqués. On vous les partage afin que vous en profitiez vous aussi :

  • A Luang Prabang : la guesthouse « Noknoy Lanexang ». Hyper centrale, elle est tenue par une adorable Laotienne, une équipe souriante.
  • A Luang Prabang : les vendeuses de sandwichs sur la place centrale qui rabattent les clients aux cris de « Helloooooo, sabaideeeeeee, sandwiiiiiich ??? ». Des petits sandwichs très généreux et vraiment bons à un tout petit prix. Toutes proposent la même carte. A vous de trouver celle qui les fera le plus à votre goût.
  • A Luang Prabang : le restaurant « Bouang ». Tenu par un couple de jeunes Français (lui en cuisine, elle en salle), ce restaurant propose une cuisine fusion franco-laotienne à se taper le cul par terre, ainsi qu’une belle carte des vins. Le tout avec un service attentionné et des prix raisonnables. Personne ne s’y trompe, il est n°1 sur TripAdvisor.
  • A Luang Prabang : la laiterie « Laos Buffalo Dairy » sur la route de Kung Si Waterfall. Cette laiterie a, sur le bord de la route, un petit kiosque qui propose des glaces artisanales au lait de bufflonne absolument délicieuses ! Et si vous avez plus de temps, entrez déguster leur sélection de fromages au lait de bufflonne et profitez de la visite gratuite. Incontournable !
  • A Thakhek : la pizzeria « Patalai », tenue par une Française, propose de véritables pizzas italiennes fines et croustillantes. Une tuerie !
  • A Nong Khiaw : le restaurant « Chez Alex 2 ». C’est dans le restaurant « Chez Alex » que nous avons expérimenté le service ultra lent dont on vous parle ci-dessus. Sa fille tient le 2ème restaurant du nom. Le service y est plus rapide et la nourriture excellente. Un regret cependant, ce restaurant est ouvert au petit bonheur la chance, selon l’humeur et les priorités de la patronne.
  • A Nong Khiaw : le salon de massage « Sabai Sabai » qui propose un hammam aux herbes très purifiant pour un prix dérisoire.

Nos coups de coeur

Le Laos est vraiment un pays attachant. On a adoré nous promener dans l’agréable ville de Luang Prabang, bercée par le Mékong, au point de se projeter y vivre quelques temps. D’autant plus qu’on s’est régalés des sandwichs et des grignotages sur son night market. On y sent un petit air d’ancienne colonie française. Baguettes, « Vache qui rit », terrain de pétanque. Et les gens y sont si souriants, si affables. Tant qu’à être dans le coin, il faut absolument faire trempette à la Kung Si Waterfall. C’est LE paysage à voir si vous passez en coup de vent à Luang Prabang. Personne ne s’y trompe, le site est hyper touristique, mais ça vaut vraiment le coup. Et pour se remettre de la foule, on vous invite à faire un crochet par la « Laos Buffalo Dairy », aller donner à manger aux petits buffles et déguster leurs délicieuses glaces maison au lait de bufflonne. Enfin, si vous avez la chance de débarquer à Luang Prabang juste avant Noël, allez faire un tour au festival de la nouvelle année Hmong, au milieu de fiers Hmongs en tenues traditionnelles. Inoubliable ! On a eu la chance de se faire inviter à un mariage Hmong lors duquel on s’est beaucoup amusé à voir les traditions voler en éclat à mesure que les bouteilles de bière se vident. Les Laotiens ne tiennent vraiment pas l’alcool mais ils ont la picole joyeuse.
Nous avons aussi beaucoup aimé nous promener dans les rues du village de Konglor et jouer avec les enfants qui, contrairement à d’autres endroits, ne demandent ni argent ni stylos, juste des rires et des jeux. Nous y serions bien resté quelques jours, aussi, si notre visa n’arrivait pas rapidement à expiration.
Enfin, nous avons eu un coup de coeur pour le tout petit village de Huey Seen au nord du Laos. On a pu y découvrir un Laos authentique, rural et des habitants bienveillants. On a même croisé une mamie qui nous a invités à prendre une cuite au Laolao (l’alcool local)  à 10h du matin.
Enfin, après trois jours à se geler sur un scooter sur la boucle de Thakhek, nous avons pris énormément de plaisir à nous reposer, tranquillement, sur les 4000 Iles, avant de traverser la très musclée frontière avec le Cambodge.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le séjour en chiffres

Retour en quelques chiffres clés de notre séjour au Laos.

  • 6 millions de Laotiens pour un territoire grand comme la moitié de la France
  • 29 jours sur place
  • 14 villes/villages visités
  • 2460 km parcourus
  • 7 types de transports : bateau, tuktuk, bus, minivan, scooter, vélo, et beaucoup de marche à pied
  • 20 nuits en guesthouse, 5 en bungalows, 1 en auberge de jeunesse, 1 chez l’habitant, 1 en hôtel, 1 en bus de nuit
  • 8.985.000 kp (kips laotiens) de budget sur le séjour (hors extra), soit 15,5€ par jour et par personne (1€ = 10.000 kp). Quoi que très accessible, le Laos coûte globalement plus cher que ce à quoi nous nous attendions. La monnaie étant très faible, ils ont tendance (pour les touristes), à tout arrondir au millier (voir à la dizaine de millier) supérieur.
  • 20°C de moyenne, avec de grosses disparités. On est vraiment passé par toutes les saisons en un mois. De très pluvieux et froid dans le nord à tempéré à Luang Prabang, en passant par le froid venteux du plateau de Takheket et le chaud ensoleillé des 4000 îles.

Le Laos est un petit pays très surprenant. Nous y avons vécu des expériences humaines uniques et des rencontres absolument incroyables. Riche de sa culture, mais aussi de l’influence française encore bien présente, le Laos se remet péniblement de la guerre qui a entaché son histoire mais surtout son territoire.
Et pour ne rien gâcher, la diversité de paysages que propose ce petit pays convient vraiment à toutes les envies de voyage, de la randonnée aventureuse au nord du pays à la douceur de vivre des îles du sud.

Une réflexion sur “Bilan : Laos, ou quand il faut prendre le temps

  1. Madame Cuicui dit :

    Un bilan très agréable à lire qui m’en a appris plus sur le Laos qu’on a tendance à oublier et des superbes photos qui font voyager avec vous !
    Je ne sais plus si je l’ai déjà dit mais j’aime beaucoup la partie « le séjour en chiffres ». Des bisous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s