Rencontre : Farman, gérant d’une maison d’hôtes à Khajuraho

English below

Les rencontres forment la jeunesse paraît-il… Et ben les gars, en ce moment, on se forme à fond ! Après une rencontre émouvante à Bundi (on vous raconte ça dans un prochain article), nous avons passé 26h à fond les ballons avec Farman, gérant de la maison d’hôtes Khajuraho Homestay à… roulements de tambour… Khajuraho (wahoo, on ne la voyait pas venir celle-là, sauf bien sûr si on n’a jamais entendu parler de cette ville et là, la blague tombe à plat  ^^)

Farman a 29 ans, est fou amoureux d’une française globetrotteuse rencontrée dans sa maison d’hôtes, et est passionné par son métier. Sa devise : si tu es sympa avec les gens, ça te donne du bon karma, et tu recevras de bonnes choses plus tard à ton tour. Il cite aussi régulièrement Karl Marx : « dans la vie, tu n’as besoin que de 3 choses. Des chapatis*, des vêtements et un toit »  (En indien dans le texte 😉 )

Après 9h30 de train (dont 2h de retard), nous arrivons à Khajuraho à 20h30, soit de nuit, soit à l’heure bénie pour les conducteurs de rickshaw qui profitent de la raréfaction de leurs collègues pour faire payer plus, surtout les touristes. Mais à la gare, un petit bonhomme à l’air sérieux nous attend avec un panneau indiquant « Mehdi Pierre ». Pour la première fois en 5 semaines d’Inde, on vient nous chercher à la gare sans qu’on n’ait rien demandé, juste parce que c’est important pour la satisfaction de ses clients de ne pas se faire entuber par un rickshaw en arrivant !!! Oui celle là, on ne nous l’avait jamais faite ! Le service client en Inde, ça n’existe pas ! C’était tellement surprenant venant d’un Indien qu’au début, on a cherché l’embrouille.

Mais en fait, il n’y avait pas d’embrouille ! Farman est juste un hôte incroyablement prévenant, plein de principes, à l’écoute des critiques et qui cherche constamment à s’améliorer pour faire plaisir à ses clients. Et si en plus, ses clients sont des gens sympas et ouverts aux rencontres  (comme par exemple, nous !!!), préparez-vous à une journée sur les chapeaux de roue !

Arrivée relativement classique à la guest house : visite de la chambre, enregistrement des passeports et thé de bienvenue. Première particularité, les chambres donnent toutes sur la pièce centrale de la maison, et nous partageons la salle de bain avec la famille. Habituellement l’organisation de la maison permet un accès indépendant pour les clients. Mais ici, nous rencontrons inévitablement toute la famille : parents, frères et soeur, belle-soeur et neveux. La soeur vient me présenter son offre de dessins au henné, ce qui nous a déjà été proposé auparavant. Mais, deuxième particularité, lorsque je demande le prix, la réponse est surprenante : « à hauteur de ton niveau de satisfaction » !!! Ça aussi c’est une première !

Un excellent dîner (et vraiment pas cher) en compagnie de notre hôte nous permet de mieux le connaître et d’en déduire que c’est vraiment un chic type. Nous parlons cuisine indienne, il nous propose de nous amener au marché où nous paierons les ingrédients pour un chicken curry et nous le cuisinerons en famille. Banco ! On a un peu juré de profiter du voyage pour ça…

Et hop au dodo, dans un lit un peu raide certes mais dans une chambre très calme, et ça en Inde, c’est franchement le luxe !

moto-khajuraho

A 3 sur la moto de Farman

Le lendemain matin, réveil en douceur. Nous prenons un « vrai » petit déjeuner à l’indienne et c’est franchement bon : thé masala chai (on vous donne la recette bientôt), omelette aux tomates et oignons, et pain brioché indien. J’ai oublié de demander la recette mais ce sera vite réparé parce que c’était trop bon !!!

Après une matinée passée à visiter les temples célèbres pour leurs sculptures érotiques  (Wikipedia vous racontera ça très bien pour nous en cliquant ici), nous partons tous les 3 au marché, en moto. A l’indienne, c’est à dire à 3 sur la moto. On a adoré ! Les motos indiennes ont un siège plus long et 3 cale-pieds. Celle de Farman est très bien entretenue avec un klaxon digne d’un bus qui fait rapidement déguerpir ceux qui trainent en travers de la route !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De retour à la guest house, nous participons à la préparation du chicken curry. Toute la famille s’y met pour préparer et couper les légumes et nettoyer le poulet.  Ben oui, quand on achète un poulet vivant, tué et découpé sur place par le marchand, il reste quelques traces de gras et de sang à effacer avant la cuisson…

Je suis de près les étapes de cuisson avec la soeur de Farman pendant que Mehdi joue au bouchon avec les enfants (à défaut d’avoir une balle, ça fait l’affaire) et une heure plus tard, nous passons à table avec toute la famille. Moment super convivial où on en apprend plus sur les projets de mariage et la santé des parents. Puis séance de henné sur les deux mains et avant bras avec la soeur de Farman. Elle est très douée !

Après 30 longues minutes de séchage et une douche rapide, Farman nous rembarque sur sa moto pour une « surprise ». Il nous emmène assister au coucher du soleil au bord d’un lac des environs. Et au retour, petit frisson d’excitation pour Mehdi qui gagne le droit de nous ramener en ville en moto. Vous auriez vu la tête des Indiens en voyant un occidental conduire une moto avec un Indien à l’arrière ! Fou rire garanti !!!

A ma demande, Farman nous guide vers une boutique de vêtements fréquentée par les locaux où j’achète, après un marchandage acharné, un superbe penjabi (sorte de longue tunique portée par les Indiennes par dessus un pantalon), tout en sirotant un chai. Farman en profite pour s’éclipser et revient tout fier nous offrir une version française du kama sutra, parce que nous sommes en lune de miel et que d’après lui, la rapidité de Mehdi à finir son thé est mauvais signe pour notre couple… Humm les Indiens ont un grand sens de l’humour !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De retour à la maison (parce qu’après tout, on commence vraiment à se sentir comme chez nous), nous dînons et c’est déjà l’heure de se dire au revoir. Farman refuse catégoriquement le pourboire que nous lui offrons, et donne la totalité de la somme à sa soeur, « parce qu’elle se marie bientôt ». D’ailleurs, nous sommes invités. Nous nous quittons avec la promesse de repasser par là lors de notre prochaine visite en Inde. Nous partons avec un petit pincement au coeur. On serait bien restés plus longtemps. Mais la semaine suivante, nous prenons l’avion pour la Birmanie et nous avons encore mille choses à découvrir… A la prochaine occasion, promis !

*chapatis : pain indien sous forme de galettes cuites sur une poêle

 

English version (obviously, we’re not english speaking natives. Please be kind and help us to improve the translation)

New meetings shape youth as the saying goes… Well guys, right now we’re being shaped a lot ! After meeting a nice family in Bundi (we’ll tell you more in a future article), we spent the most intense 26 hours with Farman, keeper of the guest house Khajuraho Homestay in… drum roll… Khajuraho (waow you didn’t see that one coming right ? Except if you’ve never heard about this city and then, the joke falls flat ^^)

Farman is 29, he is crazy in love with a french globetrotter he met in his guest house, and he’s passionate about his job. His motto : be kind with everyone, you’ll get good karma and eventually you’ll get good things for yourself. He also quotes Karl Marx regularly : « in life, you need only 3 things : chapatis*, clothes and a roof » (In indian in the text 😉 )

After 9.30 hours in the train (and 2 hours late), we arrived in Khajuraho at 8.30 pm, hence the god blessed hour for rickshaw drivers that take advantage of the absence of their colleagues to charge more, especially foreigners. But at the railway station, a little guy, looking really serious, is waiting for us with a board with « Mehdi Pierre » written on it. For the first time in 5 weeks in India, someone came to catch us at the railway station, without any request from us, just because he thought we would experience a better stay if we didn’t get screwed by a rickshaw when we arrived. We’ve never experienced something like that ! There’s nothing such as customer service in India ! Very surprising coming from an Indian person, so much that we searched for the scam for a while !

But actually, there was no scam. Farman is just an incredibly thoughtful host, full of principles, open to criticism and eager to learn more in order to please his clients. And if by chance his clients are nice and friendly people (like for example, us !!!), prepare yourself to hit the ground running !

The arrival at the guest house was pretty classic : tour of the room, passport registration and welcome tea. First surprise, all rooms were open to the central part of the house and we shared bathroom with the family. Generally, the layout of the house offers the guests an independent entrance. Here, we couldn’t avoid to meet the whole family : parents, brothers and sister, sister-in-law and nephews. His sister came and offered me to discover her henna drawings, as we’ve already experienced elsewhere. But, second surprise, when I asked for the price, I was amazed by the answer : « you give as much as you liked the service » ! Really, that also was a first !

We enjoyed a really good (and very affordable) dinner with our host and we learned more about each other. Farman really is a nice guy ! We talked about indian food and he offered us to go to the market and buy ingredients to cook a chicken curry for and with the whole family. Bingo ! We kind of swore to learn more about food and spices during this trip…

Then straight to bed, on a bit tight mattress but in a very quiet room. In India, quiet is a luxury !

moto-khajuraho

A 3 sur la moto de Farman

The following morning, we woke up gently. We had a real Indian style breakfast and it was extremely good : masala chai (you’ll get the recipe soon – in french, sorry !), tomatoes and onions omelette, and indian brioche bread. I forgot to ask for the recipe but I’ll do it soon because it was delicious !

After visiting the temples that became famous for their erotical sculptures (you’ll find more information on Wikipedia), we rode a bike to the market, indian style ie being 3 on the bike. We loved it ! Indian motorbikes have a longer seat and 3 foot bars. Farman’s bike is very well-maintained with a loud horn that would shoot out anyone who would loiter on the road !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Back to the guest house, we prepared the chicken curry with the whole family, cutting the vegetables and cleaning the chicken. When you buy a living chicken that was killed and cut by the seller on the spot, there’s still some blood and fat to remove before cooking…

I followed the recipe step by step with Farman’s sister while Mehdi was playing with the kids to throw a cork (when you can’t find a ball, it works instead) and one hour later, we shared food with the family. We spent a really nice and friendly moment and learned more about the wedding projects of the sister and the parents’ health. Then I got henna painting on the hands and arms by Farman’s sister. She’s very talented !

After 30 long minutes drying henna, I took a quick shower and Farman brought us on his bike for a « surprise » to see the sunset on a lake nearby. And on the way back, Mehdi experienced a thrill of excitement when he got the right to ride back to town. You should have seen how indian people looked us when they saw a westerner riding a bike with an indian man behind ! Laughter guaranteed !!!

I asked Farman to guide us to a garment shop for local people where I bought, after intense bargaining, a beautiful punjabi (kind of long shirt worn by indian women above pants), while drinking a chai. Farman slipped away for a while and came back, really proud of himself, with a french version of the kama sutra. We’re in honey moon and according to him, Mehdi drinks his tea too fast, which is not a good sign for our couple… Hmmm indian people have a great sense of humour !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Back to home (because after all, we started to really feel like home), we had dinner and it was already time to say goodbye. Farman categorically refused the tip we were offering and gave the whole amount to his sister, « because she’s getting married soon ». By the way, we were invited. We left each other promising to come back next time we visit India, with a pinch in the heart. We would have loved staying longer. But the next flight to Burma was already booked for the following week and we still had so much to discover… See you next time, it’s a promise !

*chapatis : indian flat bread

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s