Nous, énervés ??? Non…

En Inde, la densité de population des villes figure parmi les plus élevées au monde ! Autant dire que ça pose quelques petits problèmes de promiscuité et de respect de l’espace vital de chacun. Et bien les indiens ont inventé une solution imparable à ce problème : se foutre royalement des autres ! Non, non, je n’exagère pas ! A peu près tout ce qui pourrait paraître d’un sans-gêne et d’un manque de respect sans nom en Europe semble ne poser aucun cas de conscience et ne heurter absolument personne ici (à part les occidentaux bien sûr !)

Survivre quand on est piéton

On en perçoit les premiers signes dès qu’on pose un pied en ville, quelque soit sa taille. Les rues sont toujours organisées de la même façon : une voie bordée de commerces ou de maisons aux trottoirs quasi inexistants (en Inde du nord, la seule exception notable est Calcutta). La circulation, notamment de motos et rickshaws, y est toujours très dense, ce qui oblige les piétons à se serrer au maximum sur les côtés. Mais c’est sans compter la technique de stationnement imparable des Indiens qui consiste à s’arrêter exactement à l’endroit souhaité, c’est-à-dire potentiellement devant les pieds du piéton qui doit dévier sa trajectoire immédiatement pour ne pas perdre un orteil (alors qu’en patientant max 5 secondes, il pouvait s’arrêter derrière), ou juste en face d’un autre véhicule déjà à l’arrêt, ce qui occasionne immanquablement un embouteillage dans les 2 minutes suivantes.

rendu-celebre-par-les-beatles-il-y-a-45-ans-le-passage_1007998_667x333

Et comme l’angle mort est visiblement une notion absente des leçons de conduite, nous conseillons fortement à tout piéton souhaitant survivre en Inde de se méfier des véhicules à l’arrêt sur le bas-côté, car leurs conducteurs décident très très très souvent de redémarrer (si possible en trombe) à l’instant où on commence à les contourner. Nous, énervés ??? Non ! Ou alors peut-être un peu des fois…

Dormir dans les transports la nuit

La musique indienne, ça vous parle ? Mais si, vous savez, la musique des films de Bollywood, toujours très dansante et irritante pour les oreilles ! Si elle est stridente en temps normal, elle vrille carrément les tympans à 2h du mat quand tu te retournes pour la 20ème fois sur ta couchette en essayant de dormir dans le train. Parce que les 3 indiens qui montent dans le train au milieu de la nuit n’en ont absolument rien à faire de savoir que les 70 autres passagers du wagon dorment déjà depuis 3 heures. Leur technique pour, osons le dire, marquer leur territoire, consiste à :
– allumer les plafonniers pour trouver leur place (note pour moi-même : penser à mettre mon masque de sommeil, même de nuit),
– hurler aux copains quand la place est identifiée (ben oui, pour couvrir les bruits de respiration, faut bien ça !),
– donner des coups de sacs aux passagers qui ont le malheur d’être sur les couchettes du bas (oui, j’ai eu ce malheur une ou deux fois),
– s’asseoir sur les dites couchettes (occupées bien sûr), parce que c’est crevant quand même toute cette agitation
– et finalement écouter la musique ou regarder un film avec le son à fond les ballons, parce qu’avec des écouteurs, comment il fait mon pote pour suivre l’action ?

Mais vous n’entendrez jamais un passager indien s’indigner de ce comportement. A vrai dire, je ne suis même pas sûre que ça les réveille. Ils ont une telle capacité à faire du bruit tout le temps (même pendant une randonnée en pleine montagne !) qu’on doit leur apprendre dès bébé à dormir quelques soient les conditions. Nous, énervés ??? Non ! Ou alors peut-être un peu des fois…

dormir train

Réussir à en placer une dans une discussion

Ça vous énerve quand votre pote Marcel vous coupe au milieu d’une phrase et n’écoute pas la remarque (pertinente) que vous venez faire pour participer à la conversation ? Et bien l’Inde est peuplée de Marcel ! Il est extrêmement difficile d’avoir une conversation intéressante, pour les deux interlocuteurs j’entends, avec un Indien (même si c’est possible, rassurez-vous). Tout comme le conducteur s’arrête où et quand il l’a décidé, l’interlocuteur indien prend la parole quand il le souhaite, même si ça signifie vous couper au milieu d’une phrase. Le seul moment où il est vraiment à l’écoute, c’est quand il est en train de parler 🙂

Nous, énervés ??? Non… ou alors peut-être un peu, des fois…

PS : heureusement, les indiens sont aussi des gens souriants, chaleureux et attachants. Mais en quelques rares occasions, on en aurait bien pris un pour taper sur l’autre 😉

2 réflexions sur “Nous, énervés ??? Non…

  1. Madame Cuicui dit :

    Excellent ! J’ai bien ri en lisant l’article ! C’est fou comme on peut être différent d’un pays à l’autre ! Comme notre vie nous conditionne pour agir d’une manière ou d’une autre ! Hâte de voir la différence avec les autres pays.

    J'aime

    • Violaine dit :

      Ça tombe bien, on vient d’arriver aujourd’hui à Rangoun et la différence est tellement frappante qu’on est un peu déboussolés. On vous racontera ça un peu plus tard quand on aura pris plus de recul. Bisous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s