Vidéo : Diwali, la fête des lumières

Lors de notre troisième jour passé à Jaipur, on a senti que l’atmosphère commençait à changer : les rues commerçantes étaient plus surpeuplées que d’habitude, il y avait des commerçants ambulants installés partout dans les rues devant les magasins en dur, et le tout un dimanche… Bref pas du tout habituel. Après renseignement, on apprend que dans une semaine, c’est Diwali. Ok ça sonne comme un nom de festival, on a des images de Holi en tête, ça va être sympa !!! Sympa… On était très très très loin de la réalité !!!

Nous avons choisi de passer les deux premiers jours de Diwali (le 19 et 20 octobre 2017) à Jodhpur. Concrètement, on n’a pas bien compris combien temps il dure en vrai ce festival. D’après Wikipédia, ça dure 5 jours mais selon les personnes à qui on a posé la question et leur ville d’origine, ça dure entre 3 et 10 jours ! En revanche, tout le monde s’accorde sur le fait que le premier soir, c’est la folie absolument partout en Inde !

Imaginez le forum des halles à Paris un 24 décembre, multipliez le nombre de personnes par 2, divisez la largeur des allées par 3, et gommez dans votre esprit le concept de trottoir et vous aurez une idée du bordel dans les rues de Jodhpur le jour J ! Les retardataires courent (enfin quand ils peuvent) les rues pour acheter les incontournables d’un Diwali réussi en zigzaguant entre les rickshaws et les motos !

rue

Les préparatifs de la fête

Diwali, c’est la fête des lumières, une fête majeure qui marque le début de la nouvelle année hindoue (plus d’infos sur Wikipédia). À cette occasion, on s’habille de neuf, on repeint sa maison, et on décore l’entrée des temples et des maisons avec des guirlandes colorées synthétiques ou de fleurs fraiches et des guirlandes lumineuses. Ça vous parle les reportages de Jean-Pierre Pernaut sur les villages qui se font la compétition de la maison la plus décorée pour Noël ? Et bien ça ressemble un peu à ça, le Père Noël sur le toit en moins !

Les magasins qui vendent ces décos sont d’ailleurs très beaux à voir avec ces longues guirlandes qui pendent dans les devantures ! Et l’odeur des fleurs est partout dans les rues (sauf à proximité des urinoirs publiques, mais je vous  passe le détail…).

diwali_flowers.ngsversion.1474483282757

Comme à Noël, les hindous courent les magasins pour trouver le cadeau sympa et original à offrir à la famille. On offre de tout, des vêtements à l’électronique en passant par l’électroménager. Et comme à Noël, on s’offre des petites douceurs. Ici pas de chocolats ou de marrons glacés mais toutes sortes de pâtisseries comme le ladoo, le gulab jamun ou les jalebis (vous savez, ces serpentins oranges devant lesquels le petit Saroo bave dans le film « Lion » !) On a testé et on a adoré les deux premiers. Les jalebis, il va falloir qu’on regoûte parce que la première fois n’a pas été concluante…

La dernière ligne droite

En début de soirée, tout le monde se retrouve en famille pour préparer les festivités. On se retrouve entre soeurs ou cousines pour dessiner des rangoli avec des poudres colorées à l’entrée des maisons. Toute la famille se rassemble pour prier, dîner et s’échanger les cadeaux. Et on allume des bougies et les lampes dip, sortes de bougies dans des soucoupes en terre cuite ou en métal.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons observé ça un peu de loin dans un premier temps. Notre guesthouse était située sur les hauteurs de Johpur, nous avons donc constaté quelques timides feux d’artifices dès la tombée de la nuit. Pour profiter du spectacle, on se fait conseiller certains quartiers du centre ville. Et vers 20h, un peu déçus par le peu d’agitation dans les rues, on en déduit que c’est une fête qui se célèbre en privé, un peu comme Noël chez nous.

Que la fête commence !

En fait, on avait seulement oublié un détail : les magasins ferment généralement vers 20h – 21h en Inde, peut-être un peu plus tôt pour Diwali. Le temps que les gens rentrent chez eux et profitent du dîner (toujours express en Inde), c’est plus tard que la fête commence. Enfin, plutôt le bordel généralisé !!! Vers 21h, en rentrant à la guesthouse, les propriétaires nous invitent à descendre dans la rue (les maisons en face sont habitées par les cousins, frères, soeurs, oncles et tantes), sortent les bières, les pétards et les feux d’artifices, pendant que tous les voisins font la même chose. Sans oublier la musique qui sort à fond les ballons d’enceintes municipales énormes (boules quiès conseillées pour ne pas saigner des tympans en passant dessous). Des feux d’artifices partent de partout, le feu prend dans les broussailles à quelques mètres des maisons mais tout le monde s’en fout !

– C’est pas grave, ça va s’éteindre tout seul !
– Sérieux !??? Ah oui, tiens, ça s’éteint tout seul !

wpid-img_20130103_150634

Des musiciens de rue arrivent, on se met donc tous à danser. Un pas de côté pour éviter une moto et c’est reparti ! L’une des femmes se promène avec du henné et me propose de me faire les dessins traditionnels de Diwali sur les mains. Malheureusement, il s’agit de colorer d’un gros cercle la paume de la main et la première phalange de chaque doigt. Très loin des arabesques voluptueuses des mariages indiens… J’ai décliné…

Les feux d’artifice et les pétards en Inde, c’est une institution et ça ne coûte vraiment pas cher. Les gens en achètent donc beaucoup. On entend des bruits de partout, le spectacle au-dessus de la ville est magnifique. Mais le niveau de décibel est très éloigné de ce à quoi nous sommes habitués pour le 14 juillet. Déjà parce que ça pète de tous les côtés, et surtout parce que le gouvernement a visiblement mis quelques années de trop à décider de les réglementer. Lorsque les pétards les plus puissants sont mis à feu (jusqu’à 145dB !), le bruit est tellement fort qu’un attentat passerait inaperçu ! Sans exagérer, ça fait vibrer les maisons ! Et comme certains sont manipulés par des enfants de 4 ans, ça explose n’importe où, n’importe comment. On se demande vraiment comment il n’y a pas plus d’accidents. L’Inde est vraiment un pays étonnant !

Nous avons rendu les armes vers 1h du matin après avoir bien bu, dansé et lancé des feux d’artifices avec toute la famille mais les festivités se sont prolongés jusqu’à 3 ou 4 h du matin. Le lendemain soir, rebelote mais avec tout de même moins d’énergie (tu m’étonnes !).

Bref, une fête haute en couleurs, et en sons, un moment magique tel que nous rêvions d’en vivre. Ça commence à vraiment bien nous plaire ce pays !!!

 

7 réflexions sur “Vidéo : Diwali, la fête des lumières

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s