Comment survivre sans sèche-cheveux…

Ou l’art de voyager en restant féminine

Bon, on ne va pas se mentir, je n’avais aucune notion du poids de toutes mes petites affaires pour me faire belle tous les matins. Autant dire que quand il a fallu s’en tenir à 10kg max sur le dos, sachant que le sac à dos pèse déjà 2,3kg, j’ai dû sacrifier pas de mal de choses et me contenter d’un kit de survie de la voyageuse !!!

J’ai donc trouvé quelques petites techniques pour réduire le poids tout en espérant (!!!) rester féminine.

Bien choisir ses vêtements

Pour voyager léger sans ressembler à un sac, la première astuce, c’est de choisir les bons vêtements. Les hauts doivent être sobres pour ne pas heurter la sensibilité des populations locales mais colorés parce c’est quand même plus sympa. Les bas sont à choisir dans des couleurs passe-partout pour s’associer à tous les hauts. Sur les conseils de la surpervendeuse Cécile du Vieux Campeur d’Albertville, j’ai choisi :

  • 2 T-shirts en laine mérinos (parce que c’est isolant chaud/froid et que ça peut être porté 2 ou 3 jours de suite sans craindre les odeurs), un gris à motif rose, et un corail à motif gris
  • 1 débardeur en coton bleu
  • 1 chemise « anti-moustique » corail
  • 1 pantalon de randonnée gris foncé
  • 1 short beige

Je pense acheter en complément une jupe longue en arrivant en Inde parce que j’ai cru comprendre en lisant certains blogs que le pantalon est considéré comme le comble du sexy dans ce pays… Bon, la variété ne sera pas le sel de ma vie vestimentaire pendant ce tour du monde mais je ne m’interdis pas de remplacer certains hauts pendant le voyage.

backpack-1839691_640

Faire son deuil du sèche-cheveux

Après une dizaine d’année à me faire un brushing tous les matins, je pense que mon sèche-cheveux et moi avons développé une intimité particulière. Il a boudé quelques jours quand je lui ai annoncé que je ne l’emmènerai pas mais finalement on se quitte bons amis car il sait que je le retrouverai en rentrant. Et pas la peine de faire les malins en disant que j’aurai pu le remplacer par un petit modèle pliant spécial voyage ! Non, non, non, après avoir pesé et repesé, impossible, même cette version ne fera pas partie du voyage. A choisir, je préfère emmener mon ordinateur pour vous monter de superbes vidéos de nos futures aventures.

A la place, j’ai investi dans une pince à cheveux « crabe » (j’apprends à l’instant que ça s’appelle comme ça) qui me permet de maintenir mes cheveux en arrière pendant qu’ils sèchent librement. Bon, ça ne fait clairement pas le même job que le sèche cheveux mais c’est très utile pour limiter l’effet bouclettes moches qui retombent dans les yeux. Mon deuxième allié est le chignon noué à la va-vite pour un effet coiffé/décoiffé irrésistible (que je trouverai  bien sûr absolument horrible quand je regarderai les photos en rentrant !!!)

Au cas où, malgré toutes ces options, mes cheveux continuent à ne ressembler à rien, j’emporte également un long foulard à nouer dans les cheveux, qui me servira également à me couvrir les épaules lorsque c’est nécessaire.

S’autoriser un kit de maquillage de survie

jamie-street-resized

Vous allez sûrement vous dire en voyant la plupart des photos de nous :  » Qu’est qu’elle a l’air fatiguée, ça ne doit vraiment pas être simple tous les jours !!! » Et dans ces moments là, il faudra tout de suite vous dire : « Ah mais non, c’est bien sûr, elle n’est pas maquillée sur la photo !!! ». Parce que lâcher prise, ça passe aussi par arrêter de s’inquiéter du regard des autres, j’ai décidé de ne pas me maquiller au quotidien pendant le voyage. D’abord parce que ça prend moins de temps, et aussi parce que à force de me voir sans maquillage, je commence à bien me plaire ! Mais comme j’aurai parfois envie de me faire belle, j’emmène quand même quelques basiques :

Et pour sentir bon, j’ai choisi un savon bio aux agrumes que je vais couper en morceaux pour éviter qu’il fonde trop vite, un shampooing solide aux huiles essentielles, et un déodorant roll-on au Citrus Weleda.

Anticiper son cycle l’esprit tranquille

OI000010resized

L’une des premières questions que je me suis posée quand on a commencé à préparer le voyage, c’est « comment gérer mon cher cycle menstruel » dans des pays où le tampon est une curiosité et l’hygiène une option. Sans compter les messages de plus en plus alarmistes des médias sur les risques de choc toxique qui ont fini par me faire flipper ! C’est en lisant l’histoire d’une voyageuse atteinte de ce syndrome en arrivant en Australie, et en reliant cette histoire à la représentation que mon imaginaire de femme occidentale me donne de l’Inde que j’ai commencé à sérieusement psychoter.

Après quelques recherches sur le net, je suis tombée sur le site de la marque Plim et son offre de serviettes hygiéniques lavables en coton bio. J’ai été séduite par le concept et je me suis laissée convaincre par les avis des utilisatrices et par un argument de poids 😉 : la serviette la plus achetée sur ce site pèse 22g. Saviez-vous qu’un tampon pèse 0,21g ? Normalement, non parce qu’on s’en fout ! Sauf quand on envisage d’en mettre 150 dans un sac à dos parce que d’après les blogs sur le tour du monde, c’est très difficile à trouver dans beaucoup de pays. Et emporter 700g de tampons, ça fait réfléchir ! Comme j’envisage d’emmener de quoi tenir 2 jours et demi pour avoir le temps de laver et faire sécher d’un jour sur l’autre, le poids est réduit à 236g (et oui, on en est là quand on voyage avec 10 kilos !).

Bon, je n’ai pas eu l’occasion de les tester avant le départ (comme ça, vous saurez vraiment tout !) mais j’ai décidé de faire confiance à ces serviettes. Je pars donc avec 4 ou 5 tampons vraiment au cas où, quitte à faire un aller-retour spécial à l’aéroport international le plus proche pour me ravitailler si c’était une erreur. Mais comme me le disait ma Maman récemment, « il y a 40 ans, il n’y avait que ça » et depuis il y a eu des progrès. A suivre dans quelques mois…

 

11 réflexions sur “Comment survivre sans sèche-cheveux…

  1. Coco dit :

    La cup est pas mal aussi pour le cycle. Je ne sais pas combien elle pèse mais je l’ai découvert grâce à une copine tourdumondiste (et d’après les dernières études sortie, les cas de chocs toxiques ont été écarté) !
    Bon départ en tout cas !

    J'aime

    • Violaine dit :

      Merci pour l’info 🙂 Je me suis renseignée sur la cup mais les études sont hyper contradictoires. Je ne suis pas tout à fait rassurée. Et pour un tour du monde, j’ai peur de galérer à stériliser correctement la cup. Je me vois mal courir plusieurs par jour après une casserole d’eau bouillante 😉 Mais j’en parlerai aux nanas que je croiserai pendant le voyage pour recueillir d’autres avis.

      J'aime

  2. Madame Cuicui dit :

    Je te le confirme, t’as pas besoin de maquillage, ça fait des grammes en moins !! 😉 Sinon, quitte à parler serviettes hygiéniques lavables (ça peut être sympa d’avoir le bilan dans quelques mois ;-)), je me fais indiscrète et je pose aussi la question de la contraception ! C’est quand même un voyage de noces aussi 😉 Bisous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s